Nos chiens s’ennuient

Le constat est frappant: 80% des chiens s’ennuient! De nombreux troubles du comportement découlent (souvent en partie) de ce manque de dépenses énergétiques. Nous offrons beaucoup de confort à nos chiens qui, pour la majorité, font partie de notre famille. L’anthropomorphisme, entre autres, fait que nous chouchoutons nos animaux. C’est d’ailleurs dans l’absolu très bien mais il faut combler le besoin d’activités nécessaire à leur épanouissement. En effet, l’ennui guette: le chien n’a plus rien à faire! Inutile de chercher un abri, de veiller pour s’assurer de la sécurité, de rechercher de la nourriture… Nous leur fournissons l’abri (un niche, un panier), le lieu sûr (l’intérieur de la maison, de la propriété) et de la nourriture.

Le chien descendrait du loup mais c’est surtout un animal domestiqué depuis 12000 ans. Le chien a intrinsèquement besoin d’interagir avec l’homme pour être heureux. Il y a très peu de chiens de travail à l’heure actuelle; la majorité des chiens sont des compagnons de vie. Afin que votre chien puisse être épanoui, il faut lui permettre de se dépenser suffisamment physiquement mais aussi cérébralement. Il y a beaucoup d’idées préconçues concernant le bien-être canin.

Un chien en appartement serait moins heureux qu’un chien vivant en maison individuelle. Ce n’est pas si simple que cela! De nombreux chiens bénéficiant d’un grand jardin sont malheureusement peu épanouis. Si vous possédez un grand terrain, vous remarquerez que votre chien, lorsqu’il est seul, n’occupe que peu cet espace voire pas du tout. Bien évidemment, lorsque le chien a envie de faire ses besoins, il est aisé d’ouvrir la porte pour qu’il se soulage. En appartement, cela est moins pratique.

Le chien est un animal social. Il a  besoin d’échanges de tous types liés à ses congénères et à l’homme. Il a besoin de communiquer. Je suis consternée lorsque je croise un maître promenant son chien en laisse très courte (moins de 1 mètre). Une balade est notamment intéressante pour l’animal car il va pouvoir renifler le sol et percevoir les messages laissés par d’autres congénères. Ces laisses ultra-courtes ne permettent pas au chien de profiter de la promenade pleinement. Personnellement, j’ai une « longe » (laisse de 3 mètres) et je trouve cela parfait. Lorsque l’on veut raccourcir la laisse (en ville par exemple), on peut le faire assez facilement (qui peut le plus peut le moins!). L’idéal est bien évidemment de pouvoir lâcher votre chien lors des balades ou du moins par moments. Pour revenir au sujet, balader avec le chien au pied (grâce à une laisse ultra-courte ou pas) sans lui permettre de renifler un sol souillé par exemple est incohérent. Ce type de balade n’a que peu d’intérêt. Plutôt jouer un quart d’heure que de déambuler 45 minutes ainsi. D’ailleurs, évoquons la durée des interactions (jeu, balade…). Il vaut mieux privilégier la qualité à la quantité: la qualité du moment à sa durée par exemple, dans une certaine limite bien sûr. Il est intéressant de penser la balade que l’on va proposer, d’en changer aussi. Que va apprécier votre animal lors de cette promenade: la possibilité de rencontrer des congénères? Une environnement sauvage? Un cours d’eau? De l’animation (cafés, marchés…)? Du calme? Des stimuli sonores intéressants (activité humaine…)? Vous choisirez en fonction de votre chien, de ses caractéristiques propres (goût; besoin…).

Parler à son chien, le toucher (caresses, massages même dont les vertus sont indéniables) est très important. Ce sont des stimulations qui contribuent aux besoins de dépenses du chien et enrichissent énormément votre relation. Les questions que de propriétaires soucieux de bien faire se posent souvent: que faire pour occuper mon chien et ainsi l’aider à combler ses besoins de dépenses énergétiques? Combien de temps consacrez à ces activités? La plupart des maîtres travaillent et ne peuvent pas consacrer plus de 45 minutes à leur animal par jour. Des solutions existent, certains jouets d’occupation sont particulièrement intéressants. Un minimum de présence physique est nécessaire (même si vous ne vous occupez pas de votre chien). Une éducation permet aussi à l’animal de se dépenser: l’obéissance demande un effort cérébral important et il renforce le lien avec le maître. L’acquisition de l’obéissance de base (assis/couché/pas bouger/marche en laisse sans tirer/rappel) me paraît inévitable pour interagir efficacement et agréablement avec son chien au quotidien.

De toute manière, il est impensable de conserver une routine perçue contraignante par le maître ou le chien. Le bien-être de l’un est lié au bien-être de l’autre.